Aethers : Lo-Fi aux guitares aériennes

Aethers, musicien Lo-Fi et Jazz de Lyon interview SoundMapp

Alors Aethers vite fait ?

Originaire de Piolenc un village dans le Vaucluse, Aethers habite depuis septembre à Lyon. Un vrai passionné de Musique, il produit depuis 4 ans et ce n’est qu’en Juillet 2018 qu’il lance ce projet.

Un véritable bosseur, Aether a déja composé plus de 200 Musiques. Alors si tu as envie de chiller un coup, t’es bien tombé(e) : guitare aérienne, légère, bonnes vibes, c’est par ici.

Attention, on te prévient, l’interview est une des plus longues : beaucoup de choses à apprendre sur lui !

Aethers, tu nous fais chiller un peu ?

Quel style de Musique tu produis ?

Je produis de la Lo-fi en grande partie. Elle est produite au piano avec des gammes Jazz, où en général des samples. 
 
J’essaie aussi de me démarquer en faisant tout à la guitare. C’est mon instrument de base avec lequel je me sens libre et je ne pouvais pas faire de projet sans.
 
Plusieurs artistes le font très bien comme Kudasai ou encore Bojet. Pour ma part j’essaie de garder une structure très “beat” en dehors de quelques exceptions.

Pourquoi ce nom "Aethers" ?

Aether vient de la mythologie grecque, c’est un Dieu primordial qui personnifie les parties supérieures du ciel. La galaxie, l’espace…
 
J’ai choisi ce nom pour le côté “aérien” de mes guitares. Des guitares avec de la reverb qui s’accouplent entre elles pour former des harmonies. J’ai rajouté le “s” à la fin car elles sont plusieurs. 
 
J’aime l’idée de donner une personnalité à chaque piste, chaque guitare et l’aether serait le mot le plus adapté pour expliquer ce que me font ressentir mes Musiques.

Qu'est ce qui t'anime dans la Musique ?

Ce qui m’anime dans la Musique c’est son infinité. Une infinité de possibilités de son, de rythmiques, de gammes qui me donnent une façon de m’exprimer plus simplement que des paroles. 
 
Aussi, le partage avec le public et les autres artistes (surtout dans la communauté Lo-fi, où on est tous soudés). C’est comme une drogue, je ressens le manque de composition, de créer et d’exercer aussi fort qu’un manque de cigarette.

Aethers, t'as une anecdote à nous raconter sur ton activité ?

Avant d’avoir créé mon projet j’étais fan d’une chaîne Youtube appelé “Animevibes“, une chaîne qui diffuse plein de Musiques Lo-fi avec des fonds d’animés. 
 
Puis, il y a quelques mois, je m’aperçois que “Animevibes” m’a follow sur mon Instagram.
 
Puis je me mets à en parler à ma copine : “C’est bizarre qu’Animevibes me suive sur Instagram”… Je me mets à lui raconter ce qu’est la chaîne, elle regarde sur son téléphone, puis elle me dit “mais c’est toi”… 
 
En fait ça faisait 4 heures que j’étais posté sur leur chaîne Youtube.

Quelles sont tes ambitions musicales ?

Mon ambition première est de pouvoir vivre de la Musique.
 
Ce serait incroyable de pouvoir vivre de mes créations, et avant tout de ma passion. Continuer à progresser sur ma technique, ma façon de produire, le mixage et le mastering.

Quel type de salle tu préfères ?

Je n’ai pas encore fait de représentation sous mon nom d’artiste mais je préfère les petites salles. Pour créer quelque chose de plus intime avec le public.
 
Avant j’étais dans un groupe de Rock, et je préférai les open airs mais cette période est révolue, je fais de la Lo-fi. 
 
C’est très compliqué de se produire dans de grandes salles, surtout étant un artiste instrumental.
 
Aussi, en dehors de ça, de mon point de vue, les petites salles permettent de créer une ambiance plus douce et chaleureuse.

Qu'est-ce qui te fait aimer ton public ?

En premier lieu la générosité, les personnes qui prennent le temps de me donner leurs avis ou même un avis critique. 
 
C’est ce qui compte le plus pour moi, avoir les avis des auditeurs pour apprendre de mes erreurs, ou continuer à garder les bonnes choses et surtout la force et l’encouragement qu’ils me donnent.

Aethers, t'utilises quoi comme matos ?

En termes de matériel j’utilise ma Fender Stratocaster standard mexicaine (white), puis une carte son externe focusrite scarlett 2i2 avec un Launchkey mini de Novation pour la batterie et la basse.
 
J’utilise un Beyerdynamic DT-770 Pro 250 OHMS en casque puis, en DAW j’utilise Ableton avec comme plugin intégré : Serum, Massive et Nexus.

Les 3 artistes préférés d'Aethers?

En première position “Ratatat“. Ce que je trouve impressionnant avec ce groupe c’est le toucher du guitariste “Mike Stroud“. Peu importe la Musique, ou même son deuxième groupe (“Kunzite“) on reconnait directement sa patte. 
 
La puissance des harmonies, les changements de rythmiques qui surviennent et surtout l’émotion qu’elle me procure. Dès que j’écoute une de leurs Musiques un film se crée dans ma tête. 
 
C’est ce que je cherche à procurer avec Aethers (Si je dois en conseiller une je pense directement à Gettysburg, ma Musique préférée de tous les temps). 
 
En Deuxième position “Explosions in the sky“, le fameux côté “Aérien”, les guitares pleines de reverb, les ambiances et les mélodies.
 
Ratatat et Explosions in the sky sont vraiment les deux groupes qui m’ont poussé à faire de la Musique instrumentale. 
 
C’est incroyable les multitudes de films que l’on peut se faire en écoutant leurs Musiques (si je dois en conseiller une je pense à “First breath after coma“).
 
Enfin, en troisième position “Kudasaibeats“, Kudasai pour l’univers, pour le quotat de chill et pour l’originalité.
 

Comment tu gères ton activité ?

Pendant une période de 6 mois j’ai composé chaque jour minimum 6 heures où j’ai accumulé environs 200 compositions terminées (mastering et mixage inclu).
 
 À l’heure d’aujourd’hui je compose 1 à 2 heures par jour, sans compter le temps passer à démarcher des playlists/promotteurs. 
 
J’accumule des centaines de productions que je garde de côté pour voir ma progression, ou simplement m’amuser à composer sur d’autres styles. 
 
Mais surtout ça me permet d’avoir un large panel de choix de diffusion. Et ainsi de décider des meilleurs. 
 
Au début d’Aethers j’avais dû sortir 40 Musiques qui ont été diffusées pendant 5 mois, tout en restant LO-fi. Chaque album avait un style différent de l’autre, ce qui m’a permi de regarder les statistiques d’écoutes et de savoir ce qui plaisait le plus.
 
Depuis j’ai retiré les Musiques pour rester dans le style qui plait et qui finalement était celui de base. Celui dans lequel je me retrouve (le premier album “Sometimes i like to drink a coffee“)

Aethers, comment tu t'es formé ?

J’ai appris la guitare en autodidacte, j’en fais depuis 2012. 
 
Ensuite je me suis inscrit au conservatoire d’Orange dans le Vaucluse en guitare classique (1 an). J’ai d’ailleurs arrêté ma formation classique car ce qui me dérangeait c’était le manque d’improvisation, et puis, rester figé sur une partition sans en “sortir” était trop frustrant pour moi.
 
Ensuite la MAO (3 ans). C’est surtout mon professeur de MAO (Gaëtan Polge) qui m’a appris les bases de la production (sur Cubase à l’époque) en la rendant extrêmement ludique. Un grand merci à lui.
 
Puis une année de batterie où j’ai vu la grandeur et le large choix de rythmiques possibles.
 
Enfin, je suis passé sur Ableton car Cubase ne me convenait plus. J’ai aussi appris en autodidacte sur Ableton.

Quels sont tes points forts ?

Mon dévouement. Je fais tout moi-même. De la composition au mixage, la spatialisation du morceau au mastering, jusqu’à la pochette, la diffusion et la promotion. 
 
Ce sont plein de choses qui sont souvent oubliées quand on écoute un artiste. Souvent on s’arrête à la composition pure et dure sans imaginer tout le reste.
 
La composition en elle-même doit me prendre 30 minutes alors que le reste me prend des heures et des heures. Le faire tout seul est un grand challenge et je pense que si je n’étais pas autant dévoué pour ça, j’aurais arrêté

Quels sont tes points faibles ?

Je pense à “la suite logique” quand on me parle de point faible sur Aethers. 
 
Longtemps je me suis emmêlé les pinceaux en partant vers des sonorités totalement différentes. Et aussi le manque d’expérience en mixage, mastering et spatialisation du début. 
 
J’ai appris en même temps que le projet ces aspects là de la Musique. Il y a qu’à écouter le premier EP et le dernier pour voir la différence de Mastering.Surtout la spatialisation qui n’est que mono sur le premier EP. 
 
Le fait d’être seul comporte des risques et je pense que c’est ma force mais aussi ma plus grosse faiblesse. 
 
J’apprends en même temps et j’apprends seul, et parfois quand je réecoute des mois après je me dis “mince maintenant je sais faire ça et je n’ai pas pu l’inclure avant, et je trouve que ça manque énormément”.

Que penses tu apporter de plus qu'un autre artiste de ton domaine ?

Un univers différent dans le sens où j’ai mélangé tellement de styles pour me centrer sur de la Lo-fi que je pense offrir quelque chose d’original. 
 
J’aimerais essayer de “démocratiser” la Lo-fi en mettant des images par dessus, des clips ainsi que des représentations, voire des courts-métrages basé sur la Lo-fi.

Aethers, tu te rappelles de ta première représentation ?

Ma première représentation live était bien avant Aethers avec mon groupe de Rock du conservatoire d’Orange.
 
On avait joué dans une salle appelée “Le palais des Princes”, j’avais joué deux Musiques : Teddy picker des Arctics monkeys puis Doom & Gloom des Rollings stones
 
Le trac était présent juste pour la première note. Je crois que c’est le plus dur, le moment de blanc avant de se lancer.
 
Quand tu te retrouves devant le public et que tu te dis “j’espère vraiment ne pas foirer la première note” mais finalement quand t’es lancé, t’es lancé et t’oublies tout le reste.

Décris nous rapidement ton évolution

Au tout début je composais juste au piano, ce qui était assez compliqué pour moi n’étant pas pianiste. Ça a duré 2-3 ans et ensuite j’ai découvert la carte son externe et c’est à partir de ce moment là que j’ai décidé d’écrire mon premier EP “Sometimes i like to drink a coffee“. 

Je l’ai composé en 5 jours et au bout de 7 ans de guitare j’ai pu enfin sortir ce que j’avais sur le cœur. C’était ce qui me manquait, composer avec mon instrument de prédilection. 

Je suis resté pendant 3 mois en dessous des “10 personnes écoutent par mois” sur Spotify. Je n’arrêtais plus de composer jusqu’à oublier le démarchage. 

Puis j’ai sorti 2 autres EP, jusqu’à réaliser que je devais absolument démarcher des playlists. La première à m’intégrer fut Lofi relaxation de lofi nites, une playlist venant d’un compte instagram. 

Cette playlist m’a ouvert des portes, et une certaine visibilité. À partir de ce moment là j’ai atteints les 300 personnes qui écoutent par mois et chaque mois j’augmentais jusqu’à l’intégration de la playlist AnimeVibes qui m’a fait monter à 1300 en l’espace de quelques semaines. 

Depuis plusieurs autres playlists m’ont ajouté, des personnes m’ont découvert, et cela ne cesse d’augmenter de mois en mois. Jusqu’à recevoir un message d’une autre chaîne Youtube de promotion à 2,8 millions d’abonnés qui vont me poster après la sortie de mon nouvel EP. 

Si je dois donner des astuces ce serait de passer beaucoup plus de temps sur le démarchage, c’est extrêmement important et c’est ce qui fait évoluer et grandir l’artiste ; l’échange, parler avec beaucoup de promoteur, de playlists pour vendre ses Musiques, les intégrer et continuer à augmenter jusqu’au saint graal “les playlists officielles”.

Contacter ou Soutenir Aethers

Si son travail te plaît, n’hésite pas à soutenir Aethers grâce aux réseaux sociaux, c’est important pour les artistes ! 

Aussi, si tu souhaites faire une collaboration, tu trouveras ici différentes manières pour le contacter !

Étiquettes:

2 commentaires sur “Aethers : Lo-Fi aux guitares aériennes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *